8e séminaire annuel de l’EIR-A


Transitions agricoles et alimentaires produire, transformer, distribuer consommer autrement, du 1er au 5 avril 2019

Le séminaire de l'Ecole internationale de recherche d'Agreenium (EIR-A) s’adresse aux deux dernières promotions recrutées en 2017 et en 2018, la 7ème et la 8ème, soit environ 90 doctorants. Il se déroule sur une semaine, articulées autour des deux journées de conférences scientifiques, ouvertes au public et diffusées en streaming. Lors de ce rendez-vous annuel, les doctorants ont ainsi l’opportunité d’exposer leur thématique de recherche, de la questionner par rapport aux grands enjeux, de travailler sur les controverses scientifiques, de visiter des laboratoires et de de participer à une journée consacrée aux compétences et carrières scientifiques avec une table ronde et une visite d’entreprise. C'est une semaine d'accompagnement, riche de conférences, de rencontres et d'échanges, précieuse pour les doctorants sélectionnés.
Lundi 1er avril
9h00 - 10h00 : Accueil des doctorants 

Première jour; les doctorants se pressent devant le bureau d'accueil et prennent contact avec les organisateurs et leurs condisciples;  
Pour la promotion recrutée en 2018,  c'est une première. Les doctorants de la 8ème promotion sont inscrits en 1ère année de thèse en 2018, ou exceptionnellement en 2ème année, accueillis dans les laboratoires des membres d’Agreenium et/ou ayant un directeur de thèse appartenant à une structure membre. L'inscription au parcours EIR-A implique un engagement formel du doctorant, et l’accord du directeur de thèse, du directeur de l’école doctorale, et du responsable de la structure d’accueil, pour qu’il participe aux deux séminaires annuels et qu’il construise un projet de recherche incluant le séjour à l’étranger.
Pour la 7ème promotion, recrutée en 2017, ce sont des retrouvailles car ils ont déjà vécu ensemble un premier séminaire en 2018 sur le campus de VetAgroSup à Clermont-Ferrand.
  •  Pour faciliter les contacts, un trombinoscope a été réalisé, permettant aux doctorants de se situer. Pierre Grenier, chargé de coopération pour les formations et Christiane Lennoz-Gratin, directrice adjointe d'Agreenium, le mettent en évidence.
  • Pierre-Yves Le Bail, directeur de recherche, Inra Rennes, réferent scientifique de l'EIR-A  et Laurence Touati-Guesdon (Agreenium) accueillent les participants avant de les convier à un complément de petit-déjeuner!
10h00 - 11h00 : Ouverture du séminaire 
  • Le séminaire est ouvert devant les deux promotions réunies, par Christiane Lennoz-Gratin, directrice adjointe d'Agreenium, fondateur de l'EIR-A, 
  • François Roche-Bruyn, directeur général d'AgroSup Dijon, qui accueille le séminaire et a contribué à son organisation,
  • Philippe Lutz, directeur du collège  de l'Ecole doctorale de l'Université Bourgogne-Franche-Comté.
11h00 - 13h00 : « 150 secondes pour se présenter » 
  • Les doctorants de la 8ème promotion sont invités à présenter leur sujet de thèse en 2 minutes 30 devant l'ensemble des participants au séminaire.
  • Les présentations sont enregistrées puis réalisées par l'équipe de l'Institut Editer, François Joliot,    Maxime Perrin et Sébastien Petiot
14h00 - 16h00 : visite de plateformes expérimentales 

4 visites de plateformes et d'entreprises sont prévues au programme des doctorants de la 7ème promotion qui effectuent leur deuxième séminaire EIR-A. A tour de rôle en petits groupes, ils visiteront le Hall de technologie alimentaire de l'entreprise Mayens,  la plateforme DIVVA (développement, innovation, vigne, vin et aliments), la plateforme GenoSol de l'UMR agro-écologie de l'Inra Dijon et le plateau technique PIMS (plateau d'imagerie spectroscopique).

  • Visite du Hall de technologie alimentaire de SAYENS agroalimentaire: l'entreprise est spécialisée dans le développement des technologies douces, permettant de décontaminer les aliments tout en préservant leurs qualités. C'est une des compétences majeures de l'entreprise qui travaille sur la texturation et l'aromatisation: gérer et maîtriser les qualités fonctionnelles, nutritionnelles et organoleptiques des produits alimentaires via l'utilisation de divers procédés.

  • Visite de la plate-forme GenoSol de l'UMR agro-écologie de l'Inra Dijon: cette structure créée en 2008, centrée sur la microbiologie des sols, est unique en Europe. Elle a pour objectif de fournir une structure logistiques et technique assurant l'acquisition, la conservation, la caractérisation et la mise à disposition des sols issues d'échantillonnages de grande envergure. Ses mission s'articulent autour de 3 activités principales: un conservatoire de ressources génétiques microbiennes, une plate-forme technique de caractérisation moléculaire du métagénome microbien, un système d'information sur la diversité microbienne des sols et de l'environnement. Les doctorants ont été accueillis par Samuel Mondy, bioinformaticien spécialisé dans les analyses de données métagénomiques, responsable de la plateforme GenoSol.

  • Visite de la plate-forme DIVVA (développement, innovation, vigne, vin et aliments): plate-forme technologique pluridisciplinaire pour la caractérisation des propriétés chimiques et physico-chimiques du vin, des aliments et des produits pharmaceutiques, elle comprend un pôle vigne et  vin localisé à l'Institut universitaire de la vigne et du vin et un pôle aliments localisé à AgroSup Dijon. Il s'adresse principalement à des professionnels. La visite a été commentée par Adrien Lerbret, ingénieur de recherche à AgroSup Dijon et à de l'Université de Bourgogne.

  • Visite du plateau technique PIMS (plateau d'imagerie spectroscopique): le plateau offre des techniques d'imagerie dédiées à l'observation en temps réel de perturbations environnementales appliquées aux microorganismes d'intérêt, telles que la pression, la température ou encore l'oxydation. Il propose des technologies et méthodologies d'imagerie cellulaire innovantes pour des applications dans des domaines de recherche variés: médical, agronomie, agroalimentaire. Les doctorants ont été accueillis et guidés par Jean-Marie Perrier-Cornet, professeur des universités et Pascale Winkler, ingénieure de recherche, à AgroSup Dijon.
14h00 - 14h30 : présentation du parcours EIR-A

  • Pierre Grenier et Pierre-Yves Lebail expliquent à la nouvelle promotion les objectifs et les enjeux de ce premier séminaire: permettre aux doctorants d’exposer leur thématique de recherche et la positionner par rapport aux grands enjeux, de travailler sur les controverses scientifiques, de visiter des laboratoires et de travailler une journée sur le thème des compétences et des carrières scientifiques avec une table ronde et une visite d’entreprise.
 14h30 - 15h30 : sociologie des sciences et controverses scientifiques

  • Dominique Pestre est directeur d'études au Centre Alexandre Koyré, à l'EHESS. Historien des sciences, il a publié de nombreux articles et ouvrages. Son travail avec les doctorants a commencé par une conférence sur le thème des controverses scientifiques et s'est poursuivi au sein d'ateliers.
15h30 - 17h00 : 1re réunion des groupes de travail « Controverses »
  • Dominique Pestre, sociologue des sciences et controverses scientifiques, du Centre Alexandre-Koyré, en plein dialogue avec un groupe de doctorants
18h00 : réception à la Mairie de Dijon et visite des tombeaux des ducs de Bourgogne 

  • Les membres du séminaire sur la place devant la Mairie de Dijon, située dans l'ancien palais des ducs de Bourgogne dans le centre historique de la ville, dont la construction a débuté en 1364.
  • Ils ont été reçus dans la salle des Etats par Denis Hameau, adjoint au Maire de Dijon, François Rebsamen, délégué de l'enseignement supérieur, de la recherche, et de l'innovation à Dijon Métropole, 
  • Une visite des tombeaux des ducs de Bourgogne, seule salle ouverte aux publics pendant les travaux du rénovation du musée, a permis de découvrir  les tombeaux de Philippe Le Hardi et de Jean Sans Peur.
Mardi 2 avril : première journée de conférences scientifiques
8h30 : Meeting world food needs versus Earth limitations
  • Anne Mottet, chargée de la politique de l'élevage à la FAO, était la première intervenante des deux journées de conférences scientifiques ouvertes au public et diffusées en streaming.  "Atteindre les objectifs de sécurité alimentaire à l'horizon 2030 demande une profonde transformation de nos systèmes d'alimentation", conclue t-elle.
  • La matinée de cette première journée de conférences scientifiques était animée par Gilles Trystram, directeur général d'AgroParisTech.
9h30 : The consumer, responsible for the transitions ?
  • Gert Spaargaren, professeur à l'Université de Wageningen, aux Pays-Bas, est spécialiste des politiques environnementales et des modes de consommation..
10h30 : Les agrobiosciences et les transitions
  • Marion Guillou, présidente du conseil d'administration d'Agreenium, qui a beaucoup travaillé sur les questions climatiques, agro-écologiques et de l'alimentation, a posé la question aux 83 doctorants réunis dans l'amphithéâtre: "Dans le domaine des sciences agronomiques et vétérinaires, pourquoi s'intéresser aux transitions"?  A l'issue de son exposé, émaillé de nombreux échanges, Marion Guillou a conclu que "un acteur ne peut changer tout seul". Il faut stimuler les démarches collectives, a t-elle affirmé.
11h30 : Food industry : environmental and health impact
  • Pablo Adrian Tittonell, est coordinateur du programme national des ressources naturelles et gestion environnementale à l'Institut National de Technologie Agricole (INTA) en Argentine. Dans sa conférence, il a abordé la question de l'impact de l'alimentation sur l'environnement et sur la santé...
12h30 : Transitions at farm level in the years to come
  • Krijn Poppe, économiste, est directeur de recherche à l'université Wageningen aux Pays-Bas. Sa conférence a porté sur l'impact des transitions au niveau de l'exploitation. Il a conclu en donnant une définition de la résilience, comme étant la capacité d'adaptation d'un système pour éviter un effondrement.
14h30 - 16h00 : Table ronde sur la mise en œuvre des transitions : pas de temps, échelle, gouvernance, cas des protéines (végétales vs animales)
  • Patrick Caron, Cirad, est président du groupe d’experts de haut niveau (HLPE) du comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale. Il anime la table ronde sur la mise en oeuvre des transitions avec un panel d'experts, de gauche à droite sur la photo:
  • Sandrine Monnery-Patris, PhD, HDR Research scientist / Psychology, Infant & Children, Eating Behaviors
  • Didier Bonnet, ex responsable de la recherche, Cargill.
  • Cécile Claveirole, pilote du réseau agriculture, France Nature Environnement
  • Anne Schneider, ingénieure agronome, chargée d'études durabilité des systèmes et légumineuses, Terres Inovia,
Mercredi 3 avril : Deuxième journée de conférences

9h00 : Territoires et transitions agro-alimentaires, regards croisés : Dijon Métropole et Reggio Emilia 
Présentation à deux voix des similitudes et des originalités de chaque territoire sur la mise en oeuvre des transitions agricoles et alimentaires. 
Les gouvernances respectives ont été discutées pour optimiser les équilibres entre productions spéculatives d'exportation, et productions et aménagements pour l'usage local.
  • Animation par Chantale Gascuel, directrice de rechercher INRA
  • Philippe Lemanceau, directeur de recherche INRA ; Giuseppe Veneri, Ingénieur CRPA ; Elena Zurli, chargée de mission à Reggio Emilia
  • Séance de questions des participants
10h45 : Politique et stratégie agricole d'Auchan Retail : faire autrement 
Une équipe en charge de la stratégie commerciale a fait le point sur l'évolution du secteur. Cet acteur de la grande distribution a affirmé que les transitions actuelles représentent une véritable révolution : le consommateur sait ce qu'il veut et pas, et peut l'imposer par le numérique.
  • François de Bellaigue et Alain Moriceau, Auchan Retail 
  • Séance de questions des participants
11h45 : Les protéines végétales : un enjeu planétaire pour produire et consommer autrement
Presentation sur la vision des transitions autour de 3 piliers : rééquilibrer l'alimentation au profit des protéines végétales, réduire le gaspillage, revoir les pratiques agricoles par l'agro-écologie.
  • Marthe Jewell, pôle de compétitivité Vitagora
  • Séance de questions des participants
14h00 : Impact de la politique nutritionnelle et de santé
Présentation du plan national nutrition santé (PNNS) : un dispositif qui a fait ses preuves. Quelles sont les préconisations et les impacts ? Le facteur temps a été mis en évidence. 
  • Michel Chauliac, Ministère des Solidarités et de la Santé
  • Séance de questions des participants
15h00 : Le numérique au service des transitions agricoles et alimentaires
Le numérique facilite la gestion de l'agriculture qui devient de plus en plus complexe, avec des contraintes économiques sociales et environnementales de plus en plus fortes. Il permet une agriculture de précision pour un meilleur respect de l'environnement tout en restant intensive.
Les objets connectés rendent possibles les pratiques de l'agro-écologie.
  • Le numérique au service des transitions agricoles et alimentaires Xavier Reboud, directeur de recherche INRA
16h00 : Bilan des conférences et mise en perspective anthropocène
Un parallèle a été fait entre les transitions abordées lors du séminaire et des considérations humaines et sociales.
  • Christophe Roturier, Délégué aux Sciences en Société, INRA
17h00 - 19h00 : 3e réunion des groupes de travail « Controverses » - S 102 à 106, 205-206
Six groupes de travail se sont répartis l'analyse de controverses scientifiques, choisies parmi celles qui leur ont été proposées en début du séminaire.
Les sujets suivants ont été retenus :

  • Est-il possible de concilier croissance et développement durable ? 
  • L'agriculture urbaine (Les jardins associatifs, les toits cultivés, …) peut-elle constituer un modèle alimentaire alternatif sérieux ? 
  • La biodiversité : un réservoir ou un régulateur de pathogènes pour l’homme et pour l’agriculture ? 
  • Les bioplastiques : une alternative crédible ? 
  • Les biocarburants sont ils une énergie verte ? 
  • La compensation écologique est-elle une solution à la destruction de la biodiversité ? 
Jeudi 4 avril
9h00 - 13h00 : Table ronde : Compétences et carrières scientifiques
Cette séquence a permis à chaque doctorant de travailler et d'échanger sur son parcours professionnel, dont le doctorat fait totalement partie.
Les participants ont été sensibilisés à la notion de compétences et comment les valoriser dans une recherche d'emploi.
Cette table ronde a bénéficié de l'expertise de l'ANDès, d'une expérience et d'un témoignage.
  • Animateur : Pierre-Yves Le Bail, directeur de recherche INRA
  • A gauche, les trois intervenants qui participent à la table ronde et, à droite, Pierre Grenier, chargé de coopération formations ingénieur, master, doctorat à Agreenium
  • Soledad Castaño, Swiss Tropical and Public Health Institute en tant que témoin
  • Clément Courvoisier, Association Nationale des Docteurs, ANDès
  • Nelly Schutz, chargée de mission direction scientifique chez AgroSup Dijon, apporte son expérience
13h00 : Photo de la nouvelle promotion
14h30 : Ateliers / Restitution des groupes de travail controverses, évaluation et clôture du séminaire
Chaque groupe a présenté dans un style très personnel les divers aspects de chaque controverse.
Vendredi 5 avril
9h00 - 13h00 : Visite de l’entreprise Eurogerm
  • Un auditoire très attentif lors de la présentation de l'entreprise agroalimentaire Eurogerm, implantée à l'international, qui produit des ingrédients / additifs pour panification industrielle principalement, mais également pour les boulangeries suivant des cahiers des charges précis. 
crédit photo : © Diane de Sainte Foy/Agreenium - © Laurence Touati-Guesdon/Agreenium - © Eduardo Ruibal/Agreenium - © Aurore Beral/INRA - © Matthieu Nicault/Université de Lorraine