L'agro-écologie : un concept intégrateur

Qu’est-ce que l’agro-écologie ?


L’agro-écologie se définit comme l’écologie du système alimentaire, intégrant l’ensemble de ses composantes, dans des dimensions agronomiques, écologiques, sociales et économiques (Francis et al., 2003). Wezel et al. (2009). Une analyse historique décrit son développement selon trois niveaux : en tant que discipline scientifique, en tant que mouvement social et politique, en tant que pratique agricole. 
 Une approche complémentaire proposée par Dalgaard et al. (2003), relative aux échelles et disciplines, identifie l’étude de l’agro-écologie comme une discipline scientifique à part entière, au regard des normes scientifiques en vigueur (Merton, 1973). 
 Deux traits principaux, son caractère interdisciplinaire et multi-échelle, en font une discipline scientifique à la marge, et en même temps tout son intérêt. L’étude épistémologique de l’agro-écologie (Alvarez-Salas et al., 2014) montre qu’il s’agit d’une science qui concilie plusieurs disciplines, pour étudier les systèmes agricoles dans leur complexité d’interactions, à différentes échelles d’analyse.  


Naissance de la discipline


Le concept d’agro-écologie émerge à travers l’application de l’écologie à l’agriculture, à l’échelle des variétés et des interactions plante-parasite (Bensin, 1928). Puis, l’agro-écologie s’étend à d’autres échelles, notamment la parcelle et le système de culture (Azzi, 1956), puis plus tardivement, à l’animal (Dumont et al., 2012), englobant ainsi plusieurs disciplines connexes à l’Agronomie (Tischler, 1965). Dans les années 70, l’agro-écologie, dans les années 70, prend une nouvelle dimension avec le concept d’agroécosystème (agrosystème) (Odum, 1969). L’exploitation agricole y est vue comme un écosystème géré par l’homme. La vision holistique et systémique qui prévaut, prend alors tout son sens dans le cadre de la durabilité de l’agriculture, en couplant, à l’échelle de l’exploitation agricole, l’écologie et l’agronomie aux autres disciplines socio-économiques (Gliessman, 2000).  


Un concept qui s’enrichit


Les changements d’échelle se poursuivent, de l’agrosystème au système alimentaire, en passant par le paysage et le territoire. L’agro-écologie s’enrichit alors de nouvelles disciplines comme la géographie et les sciences économiques et sociales, pour finalement considérer le système alimentaire comme un réseau global de production, de distribution et de consommation de produits agricoles (Altieri, 2008; Francis et al., 2003; Gliessman, 2011).